L’équipe

Les projets que porte la compagnie ont tous pour point de départ
le parti pris de la transdisciplinarité. Il s’agit pour nous d’affirmer
la réunion de différents artistes avec leurs médiums d’expressions
respectifs comme méthode de travail qui conduit chacune de nos
créations.
Qu’il s’agisse donc de porter un texte à la scène ou de restituer
une parole collectée dans le cadre du projet « Rêvoir », nous
croyons que le collectif d’artistes permet d’ouvrir de nouvelles
perspectives dans notre rapport à la scène, et de faire émerger des
formes théâtrales originales.
Fondée en juin 2013, la Compagnie du Rêvoir s’est formée dans
le but de réunir des artistes professionnels issus d’horizons et de
disciplines très variés, tous intéressés par ce qui fait l’humain, ses
rêves, ses choix, ses maladresses, ses échecs, ses tentatives, ses
folies, ses absurdités, ses élans, ses naufrages, ses monstres, ses
mensonges, ses contradictions… et sa fabuleuse faculté à dire et
à se dire ! Céline Verdier, comédienne, conteuse et musicienne et
Rachel Da Silva comédienne et danseuse, constituent le noyau dur
de la Compagnie du Rêvoir. Elles mettent leur énergie artistique
en commun et s’appliquent à tisser les différents arts de la scène,
ainsi qu’à transmettre leurs pratiques.

PARCOURS ARTISTIQUES :

Rachel Da Silva

Comédienne formée au Conservatoire de Clermont-Ferrand, à la Comédie de Saint Étienne puis au Conservatoire de Grenoble Rachel Da Silva a bénéficié de l’enseignement de nombreux artistes dont S. Auvray Nauroy, M. Fau, C. Régy, C. Degliame,  Pilar Anthony… Elle a ensuite enrichi sa formation théâtrale par une pratique intensive de la danse contemporaine. Rachel Da Silva met en scène et interprète ses propres créations. Le spectacle Pas revoir, d’après le texte de la poétesse Valérie Rouzeau. En 2016, elle crée La légende de St Julien l’Hospitalier de Flaubert. Ses créations sont toujours construites en collaboration avec des artistes eux-mêmes engagés dans une démarche forte et singulière. Actuellement elle collabore avec le musicien Youssef Ghazzal pour le spectacle Voyages vers les mondes végétaux crée à Venerque en 2018. Elle travaille depuis 2018 pour la Compagnie La part de l’Invisible, avec le soutien de l’association &Cie(s). Ayant à cœur la transmission, elle enseigne le théâtre depuis 2007à l’EMEA de Cugnaux, ou pour la mairie de Toulouse dans le cadre des Passeports pour l’art. Elle mène également des projets en direction des personnes âgées, notamment à l’EHPAD de Pamiers. Les collectes de rêves dans le cadre du projet du Rêvoir sont également l’occasion d’aller à la rencontre de publics très variés, notamment des personnes hospitalisées ( projet Rêves en chambre à l’Hôpital de Larrey/ Rangueil, dans le cadre de culture à l’Hôpital avec le soutien de la Drac/ARS).

Anne-Sophie Rozet – Danseuse

Psychologue clinicienne de formation, ses recherches se situent au
carrefour de l’art, la philosophie et la psychanalyse. En parallèle elle
explore le mouvement, la danse improvisée depuis une douzaine
d’année. Elle découvre l’improvisation en 2002, collabore avec
Pascale Moret et intègre la compagnie de Danse Tout Terrain. Elle
réalise de multiples recherches, expériences, danse in situ, dans la
tentative permanente d’ouvrir un espace temps autre aux spectateurs.
Elle intègre, par la suite, le laboratoire d’Anna Pietsch.
Elle découvre la danse-contact avec Emmanuel Grivet et le butoh
avec Gyohei Zaitsu en 2010 et elle ne cesse de pratiquer auprès
d’eux . Elle a pu participer à de nombreux stages ces dernières
années auprès de Yanael Plumet, Mirva Makinen, Scott Wells, Lea
kieffer, Baris Mihci, Minoko Seki….Ces pratiques constantes lui
permettent de nourrir ses recherches du coté de l’improvisation
toujours dans un désir d’aborder un certain langage poétique.

Anne Da Silva – Artiste associée

Artiste plasticienne Anne Da Silva développe une pratique qui
s’articule essentiellement autour d’une recherche sur le pouvoir
évocateur de la matière et des volumes. Depuis des matériaux
souvent organiques, animaux ou végétaux collectés au bord des
chemins, dans les talus, les forêts ou les granges abandonnées,
elle compose un vocabulaire de formes et de textures qu’elle
met en scène dans des installations de plus en plus imposantes.
Son travail s’ancre ainsi dans la patience, dans les équilibres
précaires, et la répétition parfois jusqu’à l’obsession, dans une
tentative d’épuisement du geste, du sens. Petit à petit son atelier
se peuple d’un univers de formes multiples qui flirtent
avec l’organique, l’animal, le végétal. Les tracés de ces figures
semblent entretenir une étroite relation avec un usage du
monde et de la nature qui s’ancre dans le rite et la sensualité.

Youssef Ghazzal – Artiste associé


C’est à 28 ans qu’il découvre la contrebasse qui devient alors son
principal instrument.Il accompagne notamment Daniel Givone
(dont un FIP Jazz en direct) ou Patrick Saussois (Jazz Manouche),
intègre «La Pome» Il jouera également avec « YMH », une formation
de chanson Française aux accents lyrics qui remportera le prix
Sacem de la composition.
Arrivé à Toulouse en 2011, il s’initie à la musique improvisée grâce
à l’enseignement de Marc Démereau (Music’Halle), suit un parcours
DEM Jazz au conservatoire de Toulouse et perfectionne sa
technique instrumentale lors de stages de contrebasse jazz notamment
avec Pierre Boussaguet, Hein Van de Gen et Gianluca Renzi.
Il travaille aujourd’hui avec plusieurs formations. De la chanson
française avec le trio « CAMU », lauréat du prix d’écriture Claude
Nougaro 2015 dans lequel il joue, compose et arrange. Il participe à
la création de la pièce de danse contemporaine de Marianne Masson
« Last Goodbye Super Heros ». Son implication dans le monde
de la danse l’amène également à créer le 4tet Fusion World « Polsedjar
», musique à danser et à animer régulièrement des sessions de
danse contact en duo ou en solo.
Tout récemment, il s’intéresse aux procédés de montage de reportages
radiophonique et se fait programmer au festival « Longueurs d’Ondes
» à Brest pour une pièce consacrée à la ville de Lisbonne. En 2015, il
monte le projet « La Rallonge », un projet pluridisciplinaire qui a pour
but de réaliser un cadavre exquis à consonance internationale entre
musiciens et réalisateurs de cinéma.

Igor Huillet- Artiste associé

Artiste polyvalent, il nourrit son savoir-faire en pratiquant différents médiums tels que la musique, la danse, l’art de rue, la performance. Adepte de l’improvisation libre, après ses études de jazz (Master 1 en musicologie à l’Université Toulouse Jean-Jaurès), il rejoint le FIL, grand orchestre de musique improvisée de Toulouse. Il coordonne pour l’IREA des ateliers encourageants les rencontres interdisciplinaires autour de l’improvisation. Il se forme ensuite au théâtre de l’Acte et atelier du Hangar à Toulouse. Il travaille aujourd’hui en tant que comédien avec différentes compagnies toulousaines (Cie du Revoir, Cie iZi, La Rift Cie) et poursuit son travail de composition musicale destiné aux performances live sur les scènes de musique actuelle ainsi que pour le théâtre.    En 2014, il déambule en duo dans La mécanique de l’instant présentée à Chalon dans la rue  par la Cie les Aphelliptiques, et diffusée ensuite par Walrus Productions. Igor vit à Venerque (31)